« La condition humaine semble la plupart du temps passer à côté de la jouissance, qui, par excellence, nous déborde … » Jean-Philippe Domecq

Hole/Trou ou le Vertige de vivre

Chorégraphie, mise en scène et interprétation : Etcha Dvornik

Texte : Jean-Philippe Domecq

Musique : Anne Coroller Germanique, John Coltrane

Costume : Etcha Dvornik, Alexandra Holownia

Scénographie : Etcha Dvornik

Céramiques, végétalisation : HANTU (Weber&Delsaux)

Dessins, tableau : Jean-Philippe Domecq

Durée : 1h15

 

« Les hommes semblent passer leur temps à passer à côté », constate Jean -Philippe Domecq, écrivain et peintre, dans Le livre de jouissances (éd Pocket), nous dérobant ainsi d’emblée le sol sous les pieds. « A côté de quoi ? »

Il ne rassure pas : « on ne sait, mais à côté ! ». Mais plus tard il ajoute : « De cette immense vie… »

 

Comment faire donc, comment ne pas passer à côté ? Et qu’est-ce que c’est que « vivre » ?

« Se vivre depuis le tout sauf soi », propose Jean-Philippe Domecq : « C’est un détachement qui ne prétend pas à sagesse ou alors élémentaire, puisqu’il nous vient du premier ressort de la condition humaine : la conscience de notre mort. »

 

A la mort répond la volupté, c’est le jeu d’Eros et Thanatos. Du sexe libertin à l’orgasme mystique, d’une jouissance à l’autre, le corps reste pourtant au centre de toutes les  jouissances. « Le corps demeure qui se ressent ». Elle ne le sait que trop bien, Etcha Dvornik, danseuse et chorégraphe, comédienne, pour qui le corps dansant est la source de jouissances existentielles, et pourquoi les textes de Jean-Philippe Domecq lui permettent de poursuivre ses recherches sur le corps et l’être.

 

Et comment sommes-nous, hommes et femmes, dans nos jouissances, jouissons-nous différemment ? Le fameux « continent noir » selon Freud, est-il encore sanctuaire de l’inconnu ? Pour réfléchir à ces jouissances, Etcha Dvornik dialogue avec les textes et dessins de Jean -Philippe Domecq, par ses danses, sa voix, ses mots. Cela donne le spectacle : HOLE/TROU, ou le Vertige de vivre. En écho à une des propositions de Domecq : « Autant en effet partir du vertige de vivre, puisque on se sait mortel dès le départ. Autant appuyer nos pas sur notre ignorance irrémédiable …Rien de plus sûr que le sol absent ».

Création chorégraphique

Tout public (dès 18 ans)

Salle 2

Dates et horaires : Les vendredis à 21h15 du 6 janvier au 10 mars 20223


Tarif  : 18€ / Tarif réduit n°1*  : 14€ (Habitants du 19ème & séniors*)   / Tarif réduit n°2*  : 12€ ( demandeurs d’emploi, minimas sociaux, Carte handicap, intermittents du spectacle, étudiants, moins de 26 ans, partenaires, groupe minimum de 10 personnes, CE,  PassCulture19e)  / Tarif - de 12 ans : 9€*

*  (sur présentation d'un justificatif au guichet du théâtre)