Autrice et interprète : Ségolène P

Mise en scène : Julien Verplanken

Lumière et scénographie : Julien Verplanken, Duff

Genre : Stand up – One woman show

Tout public (dès 16 ans)

Durée du spectacle : 1h15

SALLE 2

Dates, jours et horaires de programmation : les samedis à 21h15 du 5 octobre au 28 décembre 2019 (relâche le 2 novembre)

La déroutante dit tout l’air de rien... sur la vie, les gens, notre société avec une plume bien taillée et un humour décapant !

A propos du spectacle :

 

Seule sur scène avec deux lapins nains, la déroutante raconte sa vie et la société à la manière d’un stand up, entrecoupé de quelques sketches. Elle y évoque une enfance et une adolescence sordides et dresse le portrait au vitriol d’une « mère » privée de toute idée de maternité ; vient ensuite sa vie de famille : son mari, Choupette, contrôleur SNCF, sans arrêt parti et qui en dehors du travail vit à Clash of clan ; ses deux bêtes sauvages, enfin ses filles, qui n’ont hérité d’aucune de ses qualités... Pourtant « La déroutante » pensait réellement qu’en se reproduisant, la transmission serait automatique... mais apparemment rien ne s’était passé comme prévu ! Le tout dans un contexte familial somme toute confortable où l’on s’offre tout... grâce à un tas de crédits consos… que l’on rembourse… avec d’autres crédits consos…. Sur les conseils de « noreply », le conseiller préposé au crédit conso…

 

Et puis il y a ses deux lapins qu’elle ne quitte jamais : Hubert et Chanel : parce qu’elle défend aussi la cause animale. Elle a sa propre association d’ailleurs. Un peu du style WWF. Sauf que ce n’est pas pour les pandas. Chanel, elle l’a appelée comme ça parce qu’elle a toujours rêvé d’avoir un objet de luxe. Hubert, parce qu’elle a toujours rêvé d’avoir un chauffeur privé. Elle adore Hubert. Surtout ce qu’elle adore, c’est l’Hubérisation de la société… l’Hubérisation de la société, ça l'a rendue complètement communiste… sans que personne ne s’en rende compte… l'air de rien...

 

Et c'est en effet l’air de rien, avec un humour cynique et une liberté rafraîchissante, que la déroutante nous interpelle sur des sujets comme la déforestation, l’ubérisation, Apple, le crédit conso, l’intermittence, la maltraitance, le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux... La déroutante, c’est un personnage stoïque, naïf, parfois trash et sarcastique qui s’étonne lui-même de ses propos et n’a pas conscience de leur impact. Touchante par sa naïveté, perturbante par son regard décalé, la déroutante éclaire et raconte avec délice notre société grâce à une plume bien taillée et un style décapant !


Tarif  : 18€ / Tarif réduit (chômeur & sénior*, billetterie internet du TDM )  : 14€ / Tarif étudiant, - de 26 ans, partenaires, PassCulture19e  : 10€* / Tarif - de 12 ans : 8€*

*  (sur présentation d'un justificatif au guichet du théâtre)


Adresse : 80 allée Darius Milhaud, 75019 Paris