Mise en scène : Raul Fokoua

Distribution : Marie Dejou, Emmanuelle Cousin, Florian Miazga, Mathieu Trémembert, Mathieu Petriat, Paul-Henri Blot

Genre : théâtre classique - Comédie

Tout public (dés 14 ans)

Durée : 1h10

SALLE 1

Dates, jours et horaires de programmation : Les mardis à 21h00 du 26 septembre au 12 décembre 2017

Auteur : Prosper Mérimée

Le vice-roi du Pérou vient de recevoir d'Espagne un merveilleux carrosse…

 

La Périchole, sa maîtresse, le convoite pour se montrer à la cérémonie du Saint-Sacrement qui a lieu en ce moment même à Lima.

 

Va-t-elle l'obtenir malgré les rumeurs de tromperies qui courent à travers la ville ?

 

Une comédie piquante aux multiples rebondissements !

 

Un peu d'histoire : Prosper Mérimée et son oeuvre théâtrale


En 1825, à l’âge de 22 ans, Mérimée fit paraître six pièces de théâtre sous le titre de Théâtre de Clara Gazul, laissant croire à ses lecteurs que leur auteur était une comédienne espagnole, dont en plus il présentait une « biographie » délicieusement espiègle.

 

Voici les titres des pièces de ce recueil : Les Espagnols en Danemark - Une Femme est un diable- L’Amour africain - Inès Mendo ou le Préjugé vaincu - Inès Mendo ou le Triomphe du préjugé (Les deux pièces dont Inès est l’héroïne ne font qu’un...) - Le Ciel et l’enfer

Trois ans plus tard, en 1828, Mérimée publiait un tome contenant Scènes féodales : La Jaquerie, tragédie « historico/fictive » aussi vaste qu’un roman de Walter Scott ; suivait une tragédie de forme et de longueur normales, La Famille de Carvajal. A peine ces deux œuvres terminées, il fit imprimer, en 1829, Le Carrosse du Saint-Sacrement et L’Occasion, tous deux dans La Revue de Paris. Dans la même revue, en 1830, apparut Les Mécontens, 1810, comédie que Mérimée réimprima en 1833 dans un recueil hétéroclite qu’il intitula Mosaïque.

En 1830, une deuxième édition du Théâtre de Clara Gazul comprenait, en plus des six pièces de la première, Le Carrosse du Saint-Sacrement et L’Occasion.

 

"Le Théâtre de Clara Gazul ne devint jamais un best-seller, mais Mérimée fut largement reconnu comme un auteur audacieux, indépendant et original. Il n’y eut rien de l’hostilité que l’on découvre dans la critique du vingtième siècle à son égard. Nous tenons d’ailleurs une petite preuve que Mérimée se félicitait discrètement. En 1833, quand il publia Mosaïque, il signa le livre « par l’auteur du Théâtre de Clara Gazul », bien que cette anthologie ne contînt qu’une seule pièce de théâtre, Les Mécontens, 1810, légère comme une bulle de savon.

 

Les interdits qui pesaient sur le théâtre du temps de Mérimée nous dévoilent un motif plus crédible. Nous avons vu qu’un des critiques que j’ai cités remarquait que la censure n’autoriserait jamais la représentation d’œuvres comme les siennes. Les Espagnols en Danemarck attaquait clairement la politique d’aide française au très réactionnaire Ferdinand VII d’Espagne, sans parler des propos désobligeants pour la France dont Mérimée parsemait sa comédie. Encore plus choquant était l’anticatholicisme tapageur que Mérimée étalait dans ses autres pièces. Il détestait l’Église, allant jusqu’à se convertir au protestantisme à la dernière heure afin de se faire inhumer — à Cannes — en terre non catholique. Par ailleurs, une représentation de La Famille de Carvajal, histoire « monstrueuse » d’inceste, était inimaginable. Quant au Carrosse du Saint-Sacrement, lors de la tentative en 1850 de monter cette pièce à la Comédie-Française, son persiflage anti-clérical entraîna sa chute après la sixième représentation, quoiqu’on l’eût prudemment mutilée après la deuxième en supprimant le rôle de l’évêque."

 

Extraits de  "Nouveau regard sur Mérimée dramaturge (première partie)" par Oscar Mandel

(Presses universitaires de France)

 


Tarif  : 18€ / Tarif réduit (chômeur & sénior*, billetterie internet du TDM )  : 14€ / Tarif étudiant, - de 26 ans, partenaires, PassCulture19e  : 10€* / Tarif - de 12 ans : 8€*

*  (sur présentation d'un justificatif au guichet du théâtre)


Adresse : 80 allée Darius Milhaud, 75019 Paris