Une réflexion philosophique et humaine sur la question de l’exil, sur ce qu’engendrent les frontières ; sur la capacité d’un être humain à renaître après l’anéantissement. Le regard d’un fils de républicains qui a dû quitter son foyer, enfant, en 1939.

 

Trois secondes - Une pièce de Lola Lago Azqueta

Mise en scène : Lola Lago Azqueta, Mario Tomas Lopez

Avec : Mario Tomas Lopez

Lumière : Patricia Garcia

Costumier et scénographe : Bruno Lopez Martinez

Durée : 1h03

 

Je suis mort.

 

Un vieil homme se précipite du toit de sa maison. Son corps éclate contre les pavés.

La chute dure trois secondes, environ.

Un instant. Rien de plus.

Un instant qu’il va partager avec nous.

Un instant pendant lequel sa vie en entière traverse son esprit et la scène.

Trois secondes, peut-être, plus ou moins.

Le temps de la chute, une vie pliée en un éclair.

 

La narration prend ainsi le rythme et la structure apparemment chaotique de cette remémoration fugace. Une structure impulsive, émotionnelle, dont le moteur et les seuls guides sont le vide, le vent lancinant, les pavés au bout, l’impact imminent.

 

Ceux qui ont vécu des expériences proches de la mort en témoignent : avant de mourir, notre vie entière défile devant nous. Nous traverse. Le temps perd sa dimension habituelle et l’on se retrouve submergés par les souvenirs, emportés dans un voyage où s’entrechoquent, sans distinction, des moments clés de notre vie et d’autres plus anecdotiques en apparence mais riches de sens.

 

C’est ainsi que nous avons voulu raconter l’histoire de cet homme : espagnol, fils de républicains et ayant dû quitter son foyer, comme tant d’autres, en 1939.

 

Hébergé, comme tant d’autres, dans les camps de concentration français (ou « camp d’internement » selon les différentes dénominations à l’époque) et intégré ensuite, comme tant d’autres, à la société française. Forcé de s’y faire une vie dans cette France qui devient son pays d’existence, jusqu’à cet instant où, du toit de sa maison, il se précipite vers la mort sans avoir jamais remis les pieds en Espagne.

 

Nourris par la collecte de nombreux témoignages de réfugiés et par différentes lectures d’études réalisées sur cette période historique, nous avons dessiné la vie de cet homme – un homme qui pourrait être n’importe lequel parmi tant de fils de républicains. Rien de ce qui est écrit n’est inventé, chaque « scène » appartient au témoignage d’un(e) exilé(e) espagnol(e), qu’il s’agisse de ceux que nous avons pu rencontrer (avant et après la création du spectacle) ou de ceux qui ont pu laisser leur témoignage écrit ou filmé.

 

Le texte est la synthèse de ces vécus, de ces expériences. Il est porteur d’une réflexion philosophique et humaine sur la question de l’exil, sur ce qu’engendrent les frontières, sur la capacité d’une société à assumer ou non la difficulté de la société voisine ; enfin, sur la capacité d’un être humain à renaître après l’anéantissement.

Théâtre dramatique / Seul en scène

Tout public (dès 16 ans)

Salle 2

Dates et horaires : mardis à 21h15 du 4 octobre au 29 novembre 2022


Tarif  : 18€ / Tarif réduit n°1*  : 14€ (Habitants du 19ème & séniors*)   / Tarif réduit n°2*  : 12€ ( demandeurs d’emploi, minimas sociaux, Carte handicap, intermittents du spectacle, étudiants, moins de 26 ans, partenaires, groupe minimum de 10 personnes, CE,  PassCulture19e)  / Tarif - de 12 ans : 9€*

*  (sur présentation d'un justificatif au guichet du théâtre)